Virage à Plat en Conseils pilotage: Guide sur les Virages

Derniers Articles

[Pilotage VTT] Les virages : virage à plat

Apprendre à maîtriser les courbes à plat en VTT

Les pistes de descente (DH) ont bien changé depuis une vingtaine d’années. Fini le temps où l’on devait simplement pédaler à toute vitesse en ligne droite. Aujourd’hui, les pistes dignes de ce nom regorgent de virages de tous types qui peuvent faire la différence lors d’une course. C’est aussi valable en enduro ou en all mountain. Le plaisir de ces disciplines réside principalement dans le franchissement de ces courbes, qu’elles soient à plat, relevées, en dévers ou en épingle. Savoir comment maîtriser ces virages vous procurera encore plus de plaisir et de confiance pour aborder les difficultés suivantes. Dans cet article, nous allons vous aider à apprendre à gérer tous les types de virages, en commençant par ceux de niveau de difficulté le plus bas. Vous serez un rider transformé après cela !

NIVEAU REQUIS

La gestion des courbes est une des compétences fondamentales du VTT. Elle devrait donc être enseignée dès le niveau débutant (niveau 1). Il est d’autant plus important de l’apprendre dès le début car c’est une difficulté que vous rencontrerez constamment, quel que soit le type de sortie que vous envisagez. Cependant, ne sous-estimez pas cette compétence : prendre un virage à plat sans appui nécessite une bonne maîtrise de son vélo pour conserver un maximum d’adhérence. Vous pourrez ainsi prendre vos virages de plus en plus rapidement et de manière plus fluide.

DESCRIPTION DE LA TECHNIQUE

Deux éléments clés sont à prendre en compte avant d’aborder un virage : la vitesse et la trajectoire. La vitesse à laquelle vous entrez dans un virage dépend du rayon de sa courbe : vous y entrez moins vite si le virage est serré. L’idéal est d’essayer de « largir » l’entrée du virage autant que possible pour le rendre moins serré. Cela requiert d’anticiper votre position dès la difficulté précédente, exactement comme le ferait un pilote sur un circuit

A Découvrir :   [VTT] Pilotage dans la boue ou la poussière


Il est nécessaire d’aborder le virage avec précaution, l’entrée dans la courbe doit être progressive et l’adhérence de l’avant doit être gérée avec finesse. Pour le moment, votre regard doit être fixé sur le point de corde, et non sur la sortie, car c’est le franchissement du point de corde qui est prioritaire.
Dès que vous êtes engagé dans le virage : vous avez eu suffisamment de temps pour évaluer l’adhérence, vous pouvez donc commencer à décaler votre corps au-dessus des roues du vélo (pour faire contre-poids). Votre regard doit maintenant se porter sur la sortie du virage, tout comme la direction de vos épaules.

Durant le virage, le poids de votre corps doit être bien réparti sur les deux roues pour maximiser l’adhérence. La plupart du temps, vous serez cependant plus appuyé sur l’arrière du vélo car vous n’aurez pas toujours la possibilité d’anticiper un appui. Il est donc préférable de rester prudent avec la pression exercée sur la roue avant et de miser sur une gestion fine de l’adhérence au niveau du buste. C’est à ce moment que vous allez commencer à vous déhancher sur le vélo, en déplaçant vos fesses dans le sens opposé à la selle dans le but de décaler le centre de gravité le plus près possible des pneus, et vers l’arrière pour soulager l’avant. Concrètement, votre vélo est incliné vers l’intérieur du virage (bras intérieur plus tendu que le bras extérieur, fléchi) ; la jambe intérieure est très fléchie avec la pédale remontée, genou intérieur écarté, jambe extérieure semi fléchie avec le poids du corps dessus, appuyée sur la pédale placée en bas. Vous pouvez accentuer cette position en prenant appui sur le cadre avec le genou intérieur et en décalant bien les fesses pour rester à l’aplomb des roues.

Cet appui sur la jambe extérieure est crucial car c’est lui qui va fixer les roues de votre vélo au sol et donc vous assurer la meilleure adhérence possible. Votre ligne d’épaules et votre bassin doivent être tournés vers la sortie du virage, vous devez toujours être en avance sur le vélo. Un bon repère peut être celui du guidon : les épaules et le bassin doivent être plus engagés vers l’intérieur du virage que le cintre. En effet, le vélo a une certaine inertie à tourner, vous devez donc être le « moteur » de l’action de tourner. Ces ajustements de la position des épaules et du bassin vers la sortie pendant le virage sont complétés par le regard. Vous aurez plus de facilité à orienter correctement la partie supérieure de votre corps en regardant vers la sortie du virage. C’est une règle de base : votre vélo ira toujours là où vous regardez, donc plus vous regardez loin vers la sortie du virage, mieux vous vous y dirigerez. À l’approche de la sortie du virage, remettez-vous progressivement dans l’axe, prêt à affronter la suite.

Le pilote est centré sur le vélo, voire placé un peu en arrière. Le bras intérieur est bien tendu pour incliner le vélo et le diriger vers le point de sortie du virage. Il ne reste plus qu’à maintenir la ligne, le plus difficile est fait.

A Découvrir :   [VTT] Technique de relance dans le pilotage

S’ENTRAINER

Pour débuter, vous pouvez vous entraîner sur un terrain assez lisse, avec de la terre relativement meuble (mais pas en friche !), pour bien sentir les pneus qui mordent dans le sol et le vélo qui « carve ». Les vélos à suspensions de petit débattement (voire les hardtails) sont plus techniques à manœuvrer mais ils constituent un excellent moyen de perfectionnement pour les riders confirmés. Le choix du type de terrain est également crucial pour l’entraînement. Un revêtement de type « gravette », étant le plus instable, est idéal pour l’entraînement. Dans ce cas, l’objectif pourrait être d’effectuer 5 à 6 virages les plus serrés possibles sans déraper, en gardant une position plus en arrière que celle que l’on adopterait sur un vélo plus lourd pour compenser l’angle de chasse plus fermé et le fait que l’adhérence de la roue arrière sera assurée en grande partie par la flexion de vos jambes.

ERREURS À ÉVITER

Charger l’avant du vélo pendant le virage, en ayant le buste trop penché vers l’avant. Le risque est que la roue avant dérape brusquement, ce qui entraînerait une chute.
Freiner excessivement, voire déraper pendant le virage. La conséquence serait la même ! Rappelez-vous qu’il faut « laisser rouler » le vélo autant que possible pendant le changement de direction, le freinage éventuel doit donc être anticipé et effectué la plupart du temps avant d’aborder le virage. Si un freinage de l’arrière peut entraîner un dérapage contrôlé (que vous devez savoir maîtriser), il est impératif d’éviter de freiner de l’avant sous peine de perdre subitement l’adhérence de la roue avant et de chuter. Vous voilà prévenus !

ÉQUIPEMENT

Il est évident que plus votre vélo a de débattement, plus il sera facile de sentir l’adhérence du vélo. Vous bénéficierez surtout d’une plus grande marge de sécurité avant de perdre l’adhérence qu’avec un semi-rigide ou un petit vélo de 4X par exemple.

Derniers articles catégorie "Conseils pilotage"

alain-barru
Mathieu Prégault

Auteur

Mathieu Prégault est le cœur et l'âme de notre blog dédié au vélo, lebiciclette.eu. Sa passion pour le cyclisme ne connaît pas de limites, allant des paisibles balades à vélo le long de la campagne jusqu'aux ascensions éreintantes des cols de montagne les plus célèbres. Mathieu a transformé sa passion en profession, devenant auteur à plein temps pour notre blog, où il partage non seulement des conseils techniques et des guides pratiques, mais aussi des récits inspirants de ses aventures à deux roues. Avec une plume aussi agile que lui sur un vélo, Mathieu s'efforce de captiver nos lecteurs, leur offrant une vue d'ensemble sur le monde du cyclisme, des dernières innovations technologiques aux histoires de la communauté cycliste mondiale.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *